Comment protéger votre temps

non

La clé de la gestion du temps consiste à faire très attention à ce qui se trouve sur votre liste de tâches et votre calendrier.

  • Comment les personnes productives protègent elles leur temps ?
  • Comment sont-elles vigilantes à l’égard de leur temps ?
  • Que font-elles pour s’assurer que les projets sur lesquels elles travaillent atteignent leurs objectifs ?

Les gens sont vigilants quant à ce qui figure sur leur liste de choses à faire et leur calendrier.

Nous ne disposons que de 24 heures ou 1 440 minutes dans une journée.

Les personnes productives font donc un effort conscient dans leur processus de décision pour en faire plus que les autres.

Elles savent quand dire « oui » aux demandes et ne les acceptent que judicieusement. Elles savent ce qu’il y a dans leur assiette et où se trouvent les opportunités. Elles savent que leur temps est précieux, aussi ont-elles mis en place un système pour s’assurer qu’il s’aligne sur leurs priorités. Ils sont maîtres de leur liste de choses à faire et de leur calendrier.

Pour protéger votre temps, voici cinq questions à vous poser lorsque vous recevez une demande.

1. Cette personne figure-t-elle en bonne place sur ma liste de priorités relationnelles ?

Vous êtes plus susceptible de dire « oui » à une demande qui vient de votre patron ou de votre responsable. Ou si la demande vient directement de votre directeur général. Vous êtes plus susceptible de placer une demande de votre patron, de votre conjoint et d’un membre de votre famille plus haut sur la liste.

Pour certaines personnes, cela peut être subconscient. Les personnes les plus productives en font une décision consciente. Tous les membres de votre entourage ne sont pas égaux. Vous devez créer une hiérarchie ou une liste de priorités pour vos relations. La personne qui fait la demande est très importante pour déterminer le « poids » que vous accordez à la demande.

2. Cette demande correspond-elle à ma vision ?

Si vous avez dressé la carte de votre vie professionnelle et personnelle, vous devez savoir ce qui mérite votre temps en fonction de votre vision de ce que vous voulez dans la vie. Lorsque vous savez où vous allez avec votre plan flexible pour votre carrière et votre vie, vous savez si la demande s’aligne sur votre feuille de route.

Il y aura des changements dans votre vision de la vie et de la carrière, mais vous devriez au moins avoir un cadre pour la direction que vous voulez prendre. Vous devriez avoir des objectifs mensuels, trimestriels et annuels. La demande s’inscrit-elle dans ces plans ? Si non, il est plus facile de dire non à la demande.

3. Cette demande peut-elle être déléguée ?

Certaines demandes conviennent mieux à quelqu’un d’autre. Plus vous vieillissez et plus vous êtes avancé dans votre carrière, plus vous dépendez de la délégation. Certaines demandes sont de meilleures opportunités pour vos collègues afin qu’ils puissent développer leurs carrières et leurs compétences.

Si vous êtes un leader ou un futur leader, vos collègues veulent travailler avec des personnes qui ont une mentalité de croissance et qui valorisent le développement personnel. Si vous savez ce que vous voulez dans votre carrière et votre vie et si vous savez à quoi ressemble le succès, vous pouvez déléguer efficacement les demandes.

4. S’agit-il d’une demande de qualité ?

Il est essentiel de passer au crible la demande que vous recevez pour voir si la personne a réfléchi elle-même à sa demande. Souvent, les demandes reçues peuvent représenter plus ou moins de travail que ce qui avait été initialement prévu.

Si la demande n’est pas de qualité, il est facile de dire « non » ou de repousser la demande. En demandant plus d’informations, vous ne dites pas « non » ou « oui » à la demande mais vous obtenez des détails qui vous aideront à déterminer si elle correspond à vos priorités et à votre vision. En vous assurant que le demandeur est parfaitement clair dans sa demande, vous et lui gagnerez du temps, maintenant et à long terme.

5. Cette demande s’inscrit-elle dans ma liste de priorités quotidiennes ?

Il est fort probable que votre liste de tâches quotidiennes soit longue et que votre agenda soit bien rempli. Si vous acceptez une nouvelle demande, vous devrez jongler avec tout ce qui se trouve dans votre assiette. En réorganisant vos priorités chaque jour, vous pouvez savoir ce que vous devez faire ce jour-là.

La réorganisation des priorités est un élément essentiel de la productivité. Ne soyez pas une personne occupée, soyez une personne productive. Lorsqu’une demande vous parvient, demandez-vous où elle se situe dans votre liste de priorités quotidiennes.

En résumé

Pour protéger votre temps précieux, vous devez vous poser les questions suivantes.

  • Cette personne figure-t-elle en bonne place sur ma liste de priorités relationnelles ?
  • Cette demande correspond-elle à ma vision ?
  • Cette demande peut-elle être déléguée ?
  • S’agit-il d’une demande de qualité ?
  • Cette demande figure-t-elle sur ma liste de priorités quotidiennes ?

Si vous répondez « oui » à l’une de ces questions, vous devez l’ajouter à votre liste de tâches et à votre calendrier.

Si la réponse est « non », alors vous pouvez dire « non » sans brûler les ponts.

La gestion du temps tient compte du fait que lorsque vous dites « oui » à quelque chose, vous dites « non » à autre chose. Si vous adoptez un esprit critique pour chaque demande, vous serez en mesure de préserver votre temps.

Dire non sans couper les ponts

Dire non sans couper les ponts

C’est difficile de dire « non ». Si vous êtes du genre à faire plaisir aux gens, il est difficile de laisser tomber les autres.

Vous ne voulez pas les décevoir.

Cependant, pour votre propre santé mentale et votre bien-être, vous devez apprendre à dire « non », à fixer des limites saines et à gérer votre charge de travail.

C’est un équilibre délicat entre dire « non » et « oui ». Si vous dites trop souvent oui, vous commencerez à assumer trop de responsabilités, vous vous sentirez stressé et vous serez dépassé. Vous aurez l’impression que votre vie est détraquée et vous vous dirigerez vers l’épuisement professionnel.

Une personne ne peut pas tout faire, et il est normal de dire « non ». Il serait préférable que vous n’atteigniez pas un point de rupture où vous ne pouvez pas tout gérer. Certaines personnes refusent de dire « non » même si elles savent que cela doit être dit.

Si vous êtes réticent à dire « non » à quelqu’un au travail, voici cinq des meilleurs conseils pour vous aider.

1. Proposez une alternative

Parfois, la demande arrive à un mauvais moment, lorsque vous avez trop de projets et de responsabilités sur les bras. Vous pouvez faire savoir à l’auteur de la demande que vous êtes prêt à accepter, mais à une autre date ou heure.

Si l’alternative se situe dans quelques semaines ou mois, proposez quelqu’un d’autre qui pourrait l’aider. Vous pouvez répondre « non » et, en signe de respect et de courtoisie, aider le demandeur d’une manière différente en lui proposant une autre option ou une autre perspective. Proposer une autre option est une excellente façon de dire non à quelqu’un et de lui faire sentir que ce n’était pas une perte de temps.

« L’une des clés des relations réussies est d’apprendre à dire « non » sans culpabilité ». – Bill Crawford, un humoriste et une personnalité de la radio.

2. Dites non rapidement

Lorsque vous savez dans vos tripes que vous devez dire « non », dites « non ». Ne dites pas : « Je dois regarder mon emploi du temps », ou « Je dois vérifier avec ma [femme/mari/petit ami/petite amie, etc.] », ou « Je dois vérifier avec mon patron ». Cela passera pour un oui « mou » ou un « peut-être » de la part de l’autre personne.

Il est essentiel de dire « non » rapidement, afin que le demandeur ne fasse pas de plans. En promettant de revenir vers vous, vous vous chargez de la responsabilité et du poids de la demande. Si vous dites « non » tout de suite, vous vous sentirez mieux, et vous ne vous imposerez pas de stress supplémentaire alors que vous savez que la meilleure chose à faire est de dire « non » et de décliner la demande tout de suite.

« Une partie de l’habileté à dire « non » consiste à se taire par la suite et à ne pas bavarder, offrant ainsi de la matière pour un argument. » – Judith Martin, chroniqueuse et auteur américaine.

3. Soyez honnête avec le demandeur

La meilleure politique est toujours l’honnêteté. Expliquez que vous avez fait d’autres plans ou que vous avez d’autres engagements. Il est normal de dire que vous ne pouvez pas faire quelque chose ou de dire « non » à une demande. Certaines personnes adorent manipuler les autres et transformer un « non » en un « oui » pour leur faire faire des choses.

Soyez proactif et franc avec votre situation. Dites-leur que vous appréciez la demande et que vous êtes trop sollicité en ce moment pour faire quelque chose. Les gens comprennent si vous leur dites pourquoi vous dites « non ». Ils seront plus disposés à accepter le « non » et à passer à autre chose.

« Ce n’est qu’en disant « non » que vous pouvez vous concentrer sur les choses qui sont vraiment importantes. » – Steve Jobs, cofondateur d’Apple

4. Restez ferme

Les gens n’aiment pas entendre « non » comme réponse, vous devez donc tenir bon et être ferme avec l’autre personne. Il se peut qu’elle n’aime pas ou n’accepte pas votre explication d’un « non », mais cela ne devrait pas avoir d’importance pour vous. Il faut parfois être égoïste pour garder sa santé mentale et réussir.

Il peut être utile de fixer des limites, afin que l’autre personne soit consciente de vos « non » et de vos « oui » et qu’elle ne soit pas confuse parce que vous dites « peut-être » tout le temps. Pour vous aider à rester ferme, vous pouvez vous poser des questions telles que « suis-je la meilleure personne pour entreprendre ce projet ou assister à cet événement ? » ou « est-ce la meilleure façon d’utiliser mon temps ? » ou « quels sont les avantages de dire oui à cette demande ? » Ces trois questions peuvent vous aider à parvenir à une réponse qui vous permettra de vous sentir en confiance pour dire « non » à quelqu’un.

« L’art du leadership consiste à dire ‘non’, pas à dire ‘oui’. Il est très facile de dire ‘oui’. » – Tony Blair, ancien Premier ministre du Royaume-Uni

5. Gardez la porte ouverte pour l’avenir

Au lieu de dire « non », vous pouvez dire « pas maintenant ». Lorsque vous dites « non », vous devriez garder la porte ouverte pour l’avenir. Peut-être que dans six mois ou un an, votre situation changera, et vous ne voulez pas brûler un pont ou une relation dont vous pourriez avoir besoin plus tard dans votre vie.

La clé est de garder la porte ouverte pour montrer que vous êtes sérieux dans votre « non » en ce moment et que vous ne repoussez pas quelqu’un jusqu’à ce qu’il vous oublie ou évite la demande indéfiniment. Il est essentiel de montrer par un dialogue ouvert et une discussion honnête que vous êtes ouvert à la possibilité de faire quelque chose à l’avenir. Soyez poli, ferme et reconnaissant, mais ne les faites pas attendre trop longtemps.

« Les mots les plus anciens et les plus courts – « oui » et « non » – sont ceux qui demandent le plus de réflexion. » – Pythagore, philosophe et mathématicien grec.

3 bonnes pratiques en période d’incertitudes

3 bonnes pratiques en période d’incertitudes

2020 est une année d’incertitudes. Et pour beaucoup d’entre nous, incertitude rime avec stress.
Je partage avec vous quelques bonnes pratiques pour vivre au mieux cette période.

Ne pas connaître toutes les réponses n’est pas un signe de faiblesse ou une situation d’échec. Accepter que nous ne pouvons pas tout contrôler est un état d’esprit à cultiver.

Se tourner vers l’intérieur. Là, vous pouvez agir… et réfléchir. Quels sont vos angles morts? Que pouvez-vous améliorer? Posez des questions, regardez autour de vous. Que cela vous apprend-il ….sur vous ?

Cultivez vos relations. Vous lisez un blog, découvrez une nouvelle connexion, un nouveau collègue, un nouveau membre de votre groupe business. Prenez le temps de l’écouter. Partagez-lui comment il, elle vous a aidé. Et à votre tour, demandez-lui comment vous pouvez l’aider.

Expert sur la gestion des priorités et money coach., je peux sans doute vous aider pour préparer 2021. Je vous offre une session stratégique gratuite de 45 minutes. Prenez rendez-vous sur mon agenda, mais attention les places sont limitées.

Mon Agenda

Excellente semaine

Philippe

Eat the Frog : arrêtez de procrastiner et faites plus en moins de temps

crapaud

Avalez le crapaud

Presque tout le monde aujourd’hui a trop à faire et trop peu de temps. Dans «Eat that Frog!», Brian Tracy présente 21 conseils pour vous aider à arrêter de procrastiner et à en faire plus en moins de temps. Ce guide d’action pratique s’appuie sur 30 ans d’études sur la gestion du temps. Il s’adresse à tous ceux qui se sentent dépassés ou souhaitent être plus efficaces dans la planification, l’établissement des priorités et l’obtention de plus de résultats en moins de temps. Dans ce résumé, nous allons mettre en évidence les 21 points et zoomer sur certains d’entre eux en détail.

Pour obtenir tous les détails, des exemples et des conseils, achetez le livre complet ou lisez un résumé détaillé avec notre plateforme de résumés 15 Minutes Chrono.

Optimiser Ma Semaine

Optimiser Ma Semaine

Mon nouveau bouquin est aussi une belle aventure.  J’ai démarré ma première promotion de mon programme « Publier Mon Premier Bouquin en 30 Jours« , le 1/08/2020.  Plutôt que de les accompagner de l’extérieur, j’étais plongé avec mes écrivains en herbe dans la création, moi aussi.

Ce livre est donc né le 1/08 et est publié le 31/08, soit 30 jours après.

Vous trouverez bien entendu plus d’informations sur la page du livre ICI.

Et Vous ?

Pensez-y un moment…  Que ce soit pour le fun, pour le business, ou autre… n’avez-vous pas un jour rêvé d’écrire un bouquin ?

Aujourd’hui

  • Inscrivez-vous pour le webinaire de présentation ICI , la promotion d’automne commence le 1/11.

 

Excellente semaine.  Partagez avec moi dans vos commentaires, je les suivrai avec grand plaisir.

Philippe